CM#7 : Robin Larroze

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Robin Larroze a 22 ans et ce Bordelais passionné de musique électronique vient tout juste d’être embauché par BEM Talents comme Community Manager. Portrait d’un jeune homme très actif rencontré sur le réseau social des professionnels du digital Digikaa.

Robin-Larroze


 

Son parcours

Robin est diplômé d’un BTS de Communication Visuelle (Publicité, Graphisme, Edition), obtenu en 2010.

 

Comment et pourquoi le CM ?

En fait, Robin est plus ou moins devenu CM sans s’en apercevoir ! On peut même dire que le métier est venu à lui au fil de ses diverses activités. Lorsqu’il a 18 ans, il est déjà accro au web et suis une formation de graphiste. Également passionné de musique électronique, Robin saute le pas, en 2008 (année de l’arrivée de Facebook en France), en organisant lui même des concerts sur Bordeaux. Une gestion la plus totale de la communication de ces concerts sans aucun budget.
C’est à ce moment là qu’il comprend que les réseaux sociaux vont changer sa manière de communiquer. De fil en aiguille, il intègre l’équipe de Seeksicksound.com, un site d’actualité musicale réunissant près de 80.000 visiteurs par mois. Gérant désormais une communauté de plus de 10.000 personnes, car en plus d’être leur CM, Robin est aussi devenu organisateur évènementiel en leur nom sur Bordeaux (la communauté en ligne pour cette activité locale est de 4000 personnes).
Passionné et bénévole, Robin se pose la question de savoir si ce job pourrait le faire vivre et comment le ferait-il. Ainsi, après avoir beaucoup lu sur le sujet et préparé un business plan de qualité, il est devenu CM freelance.
Il vient juste d’être embauché au poste de Community Manager chez BEM Talents (association des diplômés de l’école « Bordeaux Ecole de Management »).
Aujourd’hui, il cumule trois activités différentes de community management, et c’est vraiment passionnant!

 

Premiers pas de Community Manager

Son premier vrai poste, il vient de l’obtenir chez BEM Talents, car c’est le premier avec qui il signe un contrat. Cependant avant ça, il y a eu des missions d’un an en freelance avec des agences de communication et bien sûr, ma mission pour Seeksicksound.com !

Premières impressions
Les contrats en freelance pour des agences de communication ne permettent pas de s’imprégner à 100% de l’ambiance régnant dans l’entreprise dont on gère le community management. C’est la raison pour laquelle je préfère largement mes contacts « directs » et permanents avec les entreprises (Seeksicksound.com & BEM Talents). On fait vraiment parti du décors, de la vie de l’entreprise, et ça c’est très important pour un CM qui justement doit pouvoir en être le témoin. Mais d’une manière générale, ce boulot est passionnant car bien que technique, il est très lié à l’affectif et à l’humain.

 

Son métier

Les missions sont très diverses ! Cela va de l’organisation d’un évènement online (concours, jeux, opérations), au relais d’un évènement offline sur les réseaux sociaux, en passant bien évidemment par la modération, la fidélisation et le recrutement constant.
Ne pouvant pas clairement définir quelles sont les missions exactes d’un CM, on peut dire que c’est plutôt une grosse mission constante, ponctuée d’opérations visant à entretenir le dialogue avec la communauté.

La journée d’un CM !

« Tout d’abord, je regarde mon emploi du temps de la journée. Il est important d’en avoir un, sinon on s’égare très vite. Il permet de savoir ce qu’on a à faire et d’anticiper lorsque des points importants approchent. Ensuite, je fais un tour des réseaux, vérifie mes messages, notifications. Puis je regarde aussi de très près l’actualité sur le web via Twitter et mon flux RSS.
Une fois que tout cela est à jour, l’animation peut commencer, et le travail qui va avec aussi (modération, réponse, etc).
Il y a sur les réseaux sociaux des « heures creuses » comme il y en a dans le métro : je profite de ces temps pour planifier des opérations importantes.
Même si tout ce procédé semble être géré à la minute près, le métier de CM est imprévisible, et ça c’est excitant !
Les journées ne se ressemblent jamais et j’aime beaucoup cet aspect là du métier. »

 

Un enseignement du CM ? bonne ou mauvaise idée ?

Lorsqu’il lit des ouvrages, des articles, ou des avis de professionnels sur la question de « quel est le profil d’un bon CM ? », cela fait souvent rire Robin !
Car il y a d’un côté les « marketeux », qui vont dire que « cela nécessite un bac+5 et des connaissances solides en marketing », et de l’autre il y a les gens qui misent uniquement sur le profil personnel du candidat (ce qu’il aime, ce qu’il sait faire, ce qu’il a déjà fait, sa culture). Cela donne lieu à bien des débats qui se transforment souvent en dialogues de sourds, chacun étant trop occupé à défendre son propre statut.
Pour Robin, ceux qui misent sur le profil personnel du candidat, ont bien raison.
Avoir des notions de marketing est un plus, mais il part du principe qu’aucun diplôme ne peut prétendre former des personnes aux qualités de vie d’un bon CM (transparence, curiosité, diplomatie, etc).
Par exemple dans ce même genre de débat, on entend souvent parler du ROI (retour sur investissement). Plusieurs coups de gueule ont été poussé sur ce sujet, le confortant dans ses idées, car Robin a toujours pensé que, même si les réseaux sociaux pouvaient être un média publicitaire important pour les entreprises, ce média n’était pas comme les autres.

« Je pense qu’un bon CM, c’est un CM qui est né avec internet, qui aime passer le plus clair de son temps à y découvrir de nouvelles choses et, de ce fait, est toujours au courant des dernières tendances, des dernières informations, des derniers « phénomènes » du web. »

Cela va de la culture Tumblr, 4chan, 9gag, aux topics Twitter du jour, en passant par l’actualité (eco, politique, etc). Le CM doit être à 100% imprégné de ce qui se fait, ce qui se passe et ce qui se dit sur le web (et cela de manière internationale). Bien évidemment, en plus de toute cette culture web, il doit avoir de grosses notions « techniques » en communication. Pour en revenir à la question de base, selon moi l’enseignement « technique » est possible, mais l’enseignement « culturel » ne l’est pas.
On n’apprend pas à quelqu’un comment devenir passionné par quelque chose : cette personne est passionnée ou ne l’est pas.

 

Quelles seraient les grandes lignes du programme ?

Avec ce que je viens de dire plus haut, il va être difficile de pouvoir répondre à cette question ! Mais si je devais donner ma vision de ce que devrait être un cours de Community Management, je dirais qu’il faudrait que ces classes soient en adéquation avec le métier : ultra-connectées.
Un tableau tactile avec un fil d’actu Twitter affiché en permanence, des élèves avec un ordinateur chacun entre les doigts… Bref, des cours qui ressemblent au métier. Des cours d’e-réputation, de français (pour l’orthographe), d’outillage (pour approfondir la connaissance technique de chaque outils), d’actualité (une fois tous les deux jours, pour décrypter en temps réel ce qu’il se passe), de « philosophie numérique » (pour enseigner les qualités d’un bon CM et les comportements à adopter), et de social (pour mieux cerner les différentes cibles, leurs émotions et leurs attentes).
Je donnerais aussi beaucoup d’importance aux travaux pratiques (réponse à des faux cas d’interactivité, gestion de crise, etc).

 

Ce que tu as appris et apprends dans ce métier ?

Il est peut-être encore un peu tôt pour dresser un bilan de mon activité, cependant il y a des choses que l’on apprend très vite, comme par exemple le fait que sur les médias sociaux, ce n’est pas vous qui avez le pouvoir, mais votre communauté. Il ne faut jamais l’oublier, car même si un jour la communauté est derrière vous, elle peut très bien être contre vous le lendemain ! Heureusement, je n’ai jamais eu affaire à ce genre de situation, mais j’essaye de ne jamais oublier les erreurs qu’ont pu commettre certains autres ! C’est la raison pour laquelle il faut toujours répondre avec diplomatie, respect et transparence.

 

Les qualités du CM ?

Diplomatie, honnêteté, curiosité, savoir prendre du recul, respect, écoute, réactivité.

 

Les défauts du CM ?

Non-considération de propos, être vantard, égoïsme, opportunisme.

 

Le CM dans les années à venir…

Je pense que dans un premier temps, l’activité va se généraliser dans tous les secteurs. Ensuite viendra selon moi le moment où le CM aura une place très importante dans chaque entreprise.
Sa vision neuve et avant gardiste influencera surement l’ensemble de la communication de la boîte, car les médias sociaux seront le thermomètre de popularité de celle ci. Enfin, dans une dizaine d’année, je vois les choses en assez grand : le social s’incrustera dans nos moindres faits et gestes : la télévision sera connectée (commenter en direct votre programme), la mode sera connectée (qu’as tu acheté aujourd’hui ?), et même votre cuisine sera connectée (un écran sur votre frigo vous permettant d’échanger vos recettes avec votre communauté ?).
On en voit déjà des esquisses aujourd’hui, et je pense qu’à l’avenir cela sera intégré à notre mode de vie. De ce fait, la profession de CM s’étendra et se personnalisera.

Beaucoup de changements sont à prévoir, mais la plupart sont très peu prévisibles… Ils évolueront en fonction du temps, des évènements et des mouvements, puisqu’au final ils continueront à être le témoins de la vraie vie.

 

Et les entreprises dans tout ça !

Il va falloir faire en sorte que les entreprises comprennent que le community management n’est pas forcément une « pompe à fric ». Je pense que c’est en bonne voie, car j’entends de plus en plus de monde me dire que la communication sur les réseaux sociaux est une nécessité et non plus un investissement !
Cependant je pense qu’avec le temps, les campagnes de communication ne pourront plus se passer du community management, il va donc y avoir de grosses attentes de la part des entreprises.

 

Les 5 outils indispensables du CM ?

Une bonne connexion à internet (ça peut paraître évident, mais travailler sur une borne free wifi c’est très compliqué), un lecteur de flux RSS bien affûté, de bonnes applications de partage d’information (je pense à bitly par exemple), un compte Scoop.it! (pour garder une trace de ce que vous faites), un kit de développement de sa page Facebook, de quoi mesurer son audience (je pense encore à bitly).
D’une manière générale, je recommande à tout le monde d’avoir un compte Google Chrome bien optimisé avec des applications pour Calendar, Reader, Gmail et Documents ! La navigation est ensuite un véritable jeu d’enfant…

 

Toujours CM dans 5 ans ?

« Je n’en ai pas la moindre idée… Je suis plus ou moins autodidacte, alors je ne m’oblige surtout pas à être prisonnier d’une voie ou d’une autre ! »

Retrouvez Robin sur Twitter et Digikaa ! Visitez son site.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
About the Author:


Sorry, the comment form is closed at this time.